Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Cinéma et anthropologie visuelle : l'imaginaire et la religion populaire dans les films fantastiques japonais

  • Mary Picone, maître de conférences de l'EHESS ( CCJ-CRJ )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e mardi du mois de 13 h à 17 h (salle A07_51, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2017 au 10 avril 2018

Ce séminaire propose un complément d'analyse de la culture japonaise à l'aide de films pour la plupart peu connus ou inédits en France (tournés des années 70 à nos jours). Ils contiennent tous des éléments fantastiques et rendent visibles des aspects de l'imaginaire et de la religiosité populaire du Japon. Les réalisateurs de ces œuvres réinterprètent leur époque ou, dans les films proposés en priorité cette année, réinventent la période allant de la fin de l’époque Meiji et Taishô (environ 1880-1930). Les oeuvres seront choisies en partie selon le vote des participants.

Les films seront projetés en version sous-titrée (anglaise ou française).

Mots-clés : Image,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :

  • Mary Picone- Données biologiques : imaginaire et identité
  • Renseignements :

    par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

    prendre rendez-vous par courriel.

    Réception :

    prendre rendez-vous par courriel.

    Niveau requis :

    M1, M2.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : marypicone(at)hotmail.com

    Compte rendu

    Nous avons pu voir des œuvres traitant des thèmes retenus de réalisateurs connus tels que Kurosawa Kiyoshi (Séance), Sono Shion (Exte) et Tsukamoto Shinya (Gemini). Deux autres, Nakata Hideo (Kaidan) et Nakamura Yoshihiro (The Inerasable) ont été choisis pour illustrer deux représentations très différentes des fantômes japonais, le premier ayant tourné quasiment la réédition d’un conte classique (Kasane ga fuchi) de l’époque d’Edo et le deuxième suivi les vicissitudes de compilateurs d’expériences surnaturelles centrées sur le site d’un immeuble contemporain. Un exposé de Constance Dreyfus sur Takamine Go, film d’un réalisateur d’Okinawa, et un de Zhang Yu sur une comparaison entre films fantastiques hongkongais et japonais ont complété les séances.
    Des aspects de ces thématiques ont été exposés par moi dans une conférence au musée du Quai Branly dans le cadre de l’exposition « Enfers et Fantômes d’Asie ».

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 28 juillet 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]