Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Manuscrits, culture et société dans l’espace byzantin et méditerranéen

  • Filippo Ronconi, maître de conférences de l'EHESS ( CéSor )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Vendredi de 11 h à 13 h (salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris), du 3 novembre 2017 au 11 mai 2018. Pas de séance les 1er et 8 décembre et 16 mars. La séance du 12 janvier se déroulera en salle Michel de Certeau (CéSoR, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris)

Les manuscrits et les documents grecs et latins de l'Antiquité tardive et du Moyen Âge constituent un terrain d’enquête fondamental pour la reconstruction historique de la civilisation byzantine et de ses rapports avec les autres civilisations méditerranéennes, mais aussi asiatiques et nord-européennes. L’étude du livre en tant que porteur d’un (ou plusieurs) textes est nécessaire pour reconstruire les systèmes et les méthodes d’éducation et les parcours de spécialisation au sein des différents systèmes sociaux. Toutefois, aucun manuscrit ne se réduit au texte qu’il contient : objet social complexe, tout livre acquiert, pour utiliser une formule d’Igor Kopytoff, une "biographie culturelle", dont la reconstruction permet de définir les rapports complexes qui ont lié, au cours du temps, chaque exemplaire aux milieux où il a été produit et où il a été conservé, lu, écouté, mutilé. De plus, le processus reconstructif qui est l’action du manuscriptologue doit se concentrer aussi sur la préhistoire de chaque exemplaire, qui comprend la préparation des matières premières et la confection du support. Cela offre à l’historien un point d’observation préférentiel sur des activités artisanales autrement oubliées qui découlent de savoirs professionnels complexes, mais paradoxalement étrangers à toute transmission écrite : la perpétuation de ces compétences ne reposant que sur la transmission orale et sur l’imitation des gestes, les renseignements relatifs se sont perdus depuis longtemps, et leur reconstruction n’est aujourd’hui possible qu’en analysant de manière conjointe les aspects graphiques et matériels de chaque exemplaire, dans le but de reconstruire, de manière rétroactive à partir des livres parvenus et des témoignages indirects, les processus artisanaux dont ils sont les résultats. Histoire intellectuelle et histoire matérielle fusionnent donc dans la pratique manuscriptologique, si bien que le livre devient, dans une approche holistique et synergique, un détecteur de phénomènes socio-historiques complexes. C’est en partant de ces présupposés (que nous illustrerons au cours de nos premières séances), que nous poursuivrons cette année, entre autres choses, notre démarche visant la mise en valeur des manuscrits (livres et documents) en tant que détecteurs de flux migratoires dans l’espace méditerranéen entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge. À travers l’analyse de plusieurs études de cas, nous nous concentrerons sur le partage, dans des régions éloignées de la Méditerranée – l’Italie méridionale, Chypre, l’Égypte et la Syrie-Palestine notamment – de styles graphiques, de pratiques bibliologiques/codicologiques et de lignes de transmission textuelle spécifiques. Sur ces bases, nous reconstruirons la stratigraphie sociale des phénomènes diasporiques et migratoires qui ont caractérisé l’espace méditerranéen entre les VIIe et XIe siècles. Nous proposerons aussi une caractérisation de l’« identité libraire périphérique » typique de la grécophonie médiévale, nous concentrant sur l’attitude des receiving societies vis-à-vis des flux libraires et textuels connectés aux migrants, mais aussi sur celle des sending societies par rapport à l’hémorragie d’hommes et de valeurs culturelles qui les investissent. Cela nous permettra de nous interroger, dans une optique diachronique, sur la contribution de la mobilité des livres et du savoir dans la création d’une "conscience diasporique" partagée. L’étude des manuscrits en tant qu’objets sociaux complexes nous amènera en outre à nous occuper d’ecclésiologie et de l’idée impériale à Byzance.

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire et civilisations de l'Europe - Monde méditerranéen

Intitulés généraux :

  • Filippo Ronconi- Écriture et société à Byzance
  • Renseignements :

    la connaissance du grec et du latin est souhaitée, mais n’est pas un pré-requis pour participer.

    Direction de travaux d'étudiants :

    pour plus de renseignements, contacter l'enseignant par courriel.

    Réception :

    sur rendez-vous par courriel.

    Niveau requis :

    ouvert à tous les niveaux.

    Site web : http://cesor.ehess.fr/2015/01/29/filippo-ronconi/

    Site web : https://ehess.academia.edu/FilippoRonconi

    Adresse(s) électronique(s) de contact : ronconi(at)ehess.fr, filippo.ronconi(at)gmail.com

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 27 octobre 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]