Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Vie savante et anthropologie

  • Nicolas Adell, maître de conférences à l'Université Toulouse-Jean-Jaurès (TH) ( LISST-CAS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Un vendredi par mois de 10 h 30 à 12 h 30 (EHESS-Toulouse, Maison de la recherche de l'UTM, salle E323, allées Antonio-Machado 31000 Toulouse), du 10 novembre 2017 au 4 mai 2018. Voir programme détaillé

À partir de l’examen de quelques figures importantes de l’anthropologie du XXe siècle, ce séminaire voudrait ouvrir le champ de l’histoire et de l’anthropologie des acteurs des sciences humaines en le desserrant de l’alternative dans laquelle il semble actuellement pris : soit le côté de la-vie-de-laboratoire, soit celui de la-vie-et-l’œuvre. Il s’agit ici d’élargir l’horizon vers la perspective de la « vie savante », qui se veut être un renversement des démarches et des objectifs de la biographie scientifique : non le rêve dans le lit de Procuste de la chronologie, mais l’expérience vive du ressac de l’œuvre à venir sur la vie présente ; non l’histoire des conditions de production de la science, mais l’anthropologie des modalités de la présence savante. Et ce par la description, non de la vie scientifique, mais de quelques manières savantes de conduire son existence.

Après deux années consacrées à la reformulation du problème par la confrontation d'études de cas à partir de regards extérieurs, les membres du programme de recherche "La vie savante" exposeront les résultats de leurs enquêtes et de leurs réflexions.

Pour en savoir plus : http://visa.hypotheses.org

Programme :

10 novembre : Ariela Epstein (LISST – Cas) Meykinof de C. Garini, ou la mise en abyme d’une vie vouée à l’anthropologie visuelle

1er décembre : Federica Tamarozzi (Musée d’ethnographie de Genève) Georges Amoudruz, un folkloriste conséquent

12 janvier : Agnès Fine (EHESS) et Sylvie Sagnes (CNRS) Science et vies au féminin de l’ethnologie

9 février : Nicolas Adell (Université de Toulouse – Jean Jaurès) Tina Jolas, la poésie contre l’ethnologie

9 mars : Sébastien Plutniak (LISST - Cers) Le compagnonnage comme forme de vie scientifique : le cas des archéologues du « groupe international de typologie analytique »

6 avril : Jérôme Lamy (CNRS) La béance. Notes, carnets et brouillons de Germaine Tillion

4 mai : Eléonore Devevey (Université Lumière Lyon 2) Comment être « leur élève et leur témoin » ? Pierre Clastres en ses écrits

Mots-clés : Anthropologie,

Domaine de l'affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :

Renseignements :

par courriel.

Niveau requis :

master, doctorat.

Site web : http://visa.hypotheses.org

Adresse(s) électronique(s) de contact : nicolas.adell(at)ehess.fr

Compte rendu

Ce que la science fait à la vie de celui qui la pratique : tel a été, durant les trois dernières années, l’axe problématique de ce séminaire associé à un programme de recherche financé par l’ANR, « La vie savante. Vers un renouvellement du genre biographique dans les sciences studies » (VISA). Il consistait notamment dans l’élaboration d’un outil heuristique, la « vie savante », dont les premiers jalons ont été posés dans le cadre d’enquêtes préliminaires qui couvraient un champ élargi de disciplines, allant des sciences de l’ingénieur à l’archéologie en passant par l’anthropologie qui allait devenir la discipline directrice.
Les résultats de ces enquêtes, exposés dans le séminaire, ont contribué à construire une anthropologie des savants en tant que ce qui les caractérise, la pratique de la science, étend son emprise sur la conduite et la représentation de l’existence qui prend dès lors une forme spécifique : la « vie savante ». De la sorte, cette anthropologie des savants s’inscrit moins dans la lignée de l’histoire intellectuelle d’une discipline ou d’un savoir que dans celle, qui n’avait pas été réellement poursuivie, d’une « histoire naturelle du savant » (Nietzsche).
Ariela Epstein a ainsi développé le parcours de l’anthropologue et réalisatrice argentine Carmen Guarini, à partir de l’une de ses dernières réalisations, Meykinof, qui atteste son souci réflexif et la manière dont la vie est traversée de moments qui invitent à se recomposer et penser cette recomposition de façon savante. Federica Tamarozzi, du musée d’ethnographie de Genève, a quant à elle déployé les contours d’une figure de folkloriste exceptionnel, Georges Amoudruz, dont la mémoire est très entretenue au sein du musée mais dont l’œuvre reste méconnue. Vie savante trempée dans une ancienne encre, où les faits et gestes, au même titre que les œuvres, déterminaient la réception de la personne en tant que savant. Puis, Sylvie Sagnes a retracé un certain nombre d’enjeux de la fonctionnalisation de la figure de l’anthropologue dans quelques romans qui mettent en scène le savoir ethnologique et certains de ses détenteurs.
Les dernières séances ont été réunies dans le cadre du colloque de clôture de ce séminaire et du programme de recherche, les confrontant à des travaux extérieurs à l’équipe de recherche. Nicolas Adell y a développé ses analyses des rapports entre poésie et ethnologie à partir de la figure de Tina Jolas ; Jérôme Lamy et Jean-François Bert ont déplié les ressorts de quelques duos savants à partir du problème de la co-écriture scientifique ; Sébastien Plutniak a reconstitué, avec l’aide de J. Lamy, les formes et enjeux des nécrologies dans la revue L’Anthropologie ; Frédéric Audren et Laetitia Guerlain ont exploré les limites du modèle de la vie savante dans le cas des juristes-anthropologues ; Éléonore Devevey s’est employée à rendre à Pierre Clastres la complexité de son positionnement tout à la fois au sein de la discipline, de son laboratoire, et vis-à-vis des formes d’écriture et d’investissement intellectuel qu’il a pu développer.

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 18 juillet 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]