Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

  • Accueil
  • 2017-2018
  • Enseignements
  • Suppliques : autour de l’interaction entre gouvernants et gouvernés dans les sociétés de l’époque moderne

Suppliques : autour de l’interaction entre gouvernants et gouvernés dans les sociétés de l’époque moderne

  • Simona Cerutti, directrice d'études de l'EHESS ( CRH )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Jeudi de 11 h à 13 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 21 décembre 2017

Cette année, le séminaire sera organisé autour de deux axes. Le premier portera sur l’analyse de la « forme supplique » en tant que lieu d’une interrelation entre gouvernants et gouvernés  sur le terrain de l’administration des individus et du territoire dans les sociétés de l‘époque moderne ; et en  tant que lieu de la rencontre (souvent conflictuelle) et de la discussion autour de principes apparemment inconciliables de justice (distributive et commutative). Nous voudrions interroger les fondements de cette interdépendance (et donc la forme prise, dans le temps, par les relations de juridiction) ; et, à l’appui d’une pluralité d’études de cas qui nous permettrons d’inscrire les suppliques dans la durée d’une affaire dont elles ont été un des produits,  nous voudrions interroger leur efficacité aussi sur le terrain de la redéfinition des configurations intentionnelles et sur leur fonctionnement.

Le second axe sera développé dans un atelier commun avec Alain Blum, et portera sur une analyse comparative, dans le temps et dans l’espace,  de différentes formes d’adresses à l’autorité (voir Atelier S’adresser à l’autorité. Sources pour une histoire sociale d’en bas). Pour les étudiants de master, il est obligatoire de suivre l'atelier pour une validation d'ECTS (2 x 3 ECTS).

Suivi et validation pour le master : Mensuel annuel/bimensuel semestriel (12 h = 3 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire et civilisations de l'Europe

Intitulés généraux :

  • Simona Cerutti- Justices d’Ancien Régime
  • Renseignements :

    par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous.

    Réception :

    par courriel.

    Niveau requis :

    tous niveaux.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : simona.cerutti(at)ehess.fr

    Compte rendu

    Cette année, le séminaire s’est organisé autour de deux axes : le premier a été consacré aux sociétés de l’époque moderne, le deuxième a pris la forme d’un atelier commun avec Alain Blum, qui a porté sur une analyse comparative, dans le temps et dans l’espace, des différentes formes d’adresses à l’autorité (voir Atelier S’adresser à l’autorité. Sources pour une histoire sociale d’en bas).
    Une interrogation sur le caractère exceptionnel ou bien « ordinaire » de la forme supplique a occupé les premières séances du séminaire. Le constat, largement partagé dans une pluralité de situations européennes, de la forte présence parmi les suppliants d’individus proches de la maison royale, oblige à renverser la perspective courante. Le recours direct à l’autorité relèverait alors d’une juridiction ordinaire ; nous sommes dans le cadre de la juridiction d’un seigneur sur la population de ses fidèles. La supplique n’est pas à lire ainsi dans le cadre de l’exceptionnel hors norme, et pas plus dans celui de la bienveillance charitable du prince envers les faibles. Le cadre de la juridiction, donc des rapports de pouvoirs ordinaires, paraît le plus adapté pour lire la relation instituée à travers la supplique entre gouvernants et gouvernés. Ce cadre explique aussi la présence massive de pauvres, de veuves parmi les suppliants. Pour avoir accès à cette juridiction ordinaire, il est tout simplement nécessaire de pouvoir y rentrer ; il faut donc se construire en pauvre, misérable, faible vis-à-vis de la loi, autant de catégories qui rentrent dans la juridiction royale (au moins à partir du XIIIe siècle). À partir de cette analyse, le séminaire s’est concentré sur l’analyse des caractères qui définissent une juridiction, où une place de choix a été faite aux textes juridiques des postglossateurs ; une large littérature historiographique a été également mobilisée pour définir et préciser les contours de cette catégorie.
    Dans un deuxième moment, à partir de sources concernant les états savoyards tout au long du XVIIIe siècle, notre attention s’est portée sur un type particulier de suppliques, qui investit le terrain des dettes et de créances entre particuliers (demandes de moratoires, de réduction des dettes etc.). Nous nous sommes interrogés d’abord sur les sources de cette « compétence » royale sur le terrain, très délicat et très controversé, du contrat. Ensuite, nous avons essayé d’analyser les effets de cette intervention sur les relations contractuelles ainsi que sur la définition des hiérarchies sociales. Ces suppliques en effet ouvrent la voie à une interrogation sur les conceptions de justice et équité dans ces sociétés, et sur le rapport entre statuts sociaux et contrat ; deux termes que nous avons appris à considérer comme opposés, et dont nous constatons au contraire la coexistence dans une même société et dans une même situation historique.

    Publications

    • Avec I. Grangaud, « Sources and Contextualization : Comparing Eighteenth-Century North African and Western European Institutions », Comparative Studies in Society and History, 59, 1, 2017, p. 5-33.
    • Avec I. Grangaud, Fuori mercato. Appartenenze locali e beni nel Mediterraneo, numéro monographique de Quaderni Storici, 154, 1, 2017.
    • Avec Y. Cohen, « Histoires pragmatiques : A Conversation with Simona Cerutti and Yves Cohen », European Journal of Pragmatism and American Philosophy, 2017.
    • « Lavoro e cittadinanza », dans Storia del lavoro in Italia, Medioevo e età moderna, sous la dir. de R. Ago, Rome, Castelvecchi, 2018.
    • « Archaeology of rights : petitions and mercy in early modern societies », Italian Academy Publications, 2018.
    • Avec A. Blum, « S’adresser à l’autorité en tant qu’individu singulier : parcours historiques croisés », La singularité, Tracés, Revue de Sciences humaines, 34 1/2018, p. 211-228.

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 28 juillet 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]