Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La rationalité comme enjeu de luttes

  • Mehdi Arfaoui, doctorant contractuel à l'EHESS ( IMM, IMM-CEMS )
  • Fanny Charrasse, doctorante contractuelle à l'EHESS ( IMM, IMM-LIER )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Gautier Mariage, doctorant contractuel à l'EHESS ( IMM, IMM-LIER )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

4e vendredi du mois de 15 h à 17 h (salle A06_51, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 27 octobre 2017 au 22 juin 2018

Cet atelier se donne pour objectif de constituer un collectif de chercheurs et de rédiger un travail scientifique sur la rationalité en tant qu’enjeu de luttes entre groupes sociaux. Les diverses séances auxquelles il donnera lieu en constitueront la base empirique et théorique. Pour se donner les moyens de ses ambitions, cet atelier se veut avant tout un espace de discussion. Les participants y seront invités à présenter leurs données de terrain afin qu’elles soient discutées et analysées collectivement.

En partant de la partition du monde entre le « cru et le su » de nombreux anthropologues ont cherché à étudier les croyances des autres. Opposant la ligne droite à suivre (soit la rationalité) à la ligne courbe que certaines personnes empruntent par erreur (soit l’irrationalité), leurs études cherchent à expliquer les raisons poussant certains acteurs sur la voie de l’irrationalité, et trouvent la plupart du temps une explication à ce fourvoie.

Au lieu de prétendre savoir tandis que d’autres croiraient savoir, et au lieu d’étudier les causes de la croyance de ces autres sans chercher à comprendre ce qui nous pousse, nous, à croire que les autres croient, nous proposons d’adopter une position agnostique : soit de ne pas invoquer le « choix rationnel » d’un acteur, mais d’opter pour une définition non réductionniste de la rationalité. Une telle approche nous amène à restituer le fondement pratique de toute « croyance », et le caractère rationnel des actions que certaines personnes considèrent « irrationnelles ». Cela ne revient pas à affirmer que toutes les « croyances » se valent, mais nous permet d’observer, par une position symétrique, les luttes pour la domination d’une forme de rationalité sur d’autres. Soient les processus d’imputation d’irrationalité (qui dénonce une pratique comme irrationnelle et parvient à la proscrire en tant que telle) et de rationalisation (comment certains acteurs, grâce à des dispositifs spécifiques, réussissent à imposer leur définition de la rationalité).

Intitulés généraux :

Centre : IMM - Institut Marcel-Mauss

Renseignements :

par courriel.

Niveau requis :

master 2.

Adresse(s) électronique(s) de contact : fannycharrasse(at)hotmail.fr, gautier.mariage(at)ens-cachan.fr, mehdi.arfaoui(at)ehess.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 5 octobre 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]