Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Anthropologie de la vie et des représentations du vivant

Ouvert à la circulation PSLExtend

  • Perig Pitrou, chargé de recherche au CNRS ( LAS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Jeudi de 9 h à 11 h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 15 février 2018. La séance du 30 novembre est annulée

La contribution de l’anthropologie américaniste à la définition de la vie (Mésoamérique, Andes, Amazonie)

Les récentes avancées scientifiques et technologiques suscitent des changements profonds dans les relations que les humains entretiennent avec le vivant et dans leurs conceptions de la vie. Par conséquent, les problèmes soulevés par la question des frontières entre le vivant et le non-vivant et par la définition de la vie concernent les sciences humaines et sociales et pas simplement la biologie. Même si, par définition, cette dernière fait de la vie un objet spécifique d’investigation, les humains n’ont pas attendu son développement, somme toute assez récent, pour s’interroger sur les causes produisant des phénomènes tels que la croissance, la reproduction, la régénération, la sénescence et la mort – pour ne prendre que quelques exemples – qu’ils observent dans leur corps ou dans le monde végétal et animal. Il y a même là un enjeu fondamental pour toutes les sociétés : individuellement et collectivement, les humains tentent d’exercer une action sur ces processus afin de les contrôler ou de les influencer favorablement, comme c’est le cas dans les pratiques agricoles ou médicales. La manière d’aborder le vivant et d’agir sur lui se révèle donc indissociable de contextes socioculturels. Dans ce cadre, ce séminaire souhaite montrer qu’en même temps que les investigations menées dans le monde occidental, en particulier dans le domaine des STS, l’ethnologie des sociétés amérindiennes (Mésoamérique, Andes et Amazonie) peut contribuer à la réélaboration du concept de vie. Après avoir rappelé les principaux problèmes épistémologiques que doit traiter l'anthropogie de la vie - et les options théoriques disponibles pour s'engager dans une démarche comparatiste - on abordera les différentes ordres de faits à partir desquels les théories amérindiennes de la vie peuvent être mises en évidence : rites de naissance, traitements du corps et activités thérapeutiques, activités techniques (poterie, architecture, sculpture, etc.) et pratiques productives (agriculture, élevage, chasse, etc.), modélisations des systèmes écologiques et organisations (cosmo)biopolitiques.

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

Centre : LAS - Laboratoire d'anthropologie sociale

Renseignements :

pour tout renseignement, adresser un courriel à l'enseignant.

Direction de travaux d'étudiants :

master et doctorat sur rendez-vous avec Perig Pitrou.

Site web : http://las.ehess.fr/index.php?1715

Site web : https://domesticationetfabricationduvivant.wordpress.com

Adresse(s) électronique(s) de contact : perig.pitrou(at)college-de-france.fr, perig_pitrou(at)yahoo.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 27 novembre 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]