Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Ethnographies de l’ignorance : enquêtes sur les lieux de non-savoir

  • Alice Doublier, ATER à l'EHESS ( LAS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e et 4e vendredis du mois de 9 h à 11 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 10 novembre 2017 au 25 mai 2018. Pas de séance le 13 avril 2018

Existe-t-il différentes formes d’ignorance ? Certaines cultures valorisent-elles le fait de ne pas savoir ? L’absence de savoir peut-elle être un moteur pour l’action ou une ressource pour tisser des relations ? Comment ethnographier ce qui n’est pas su, ce qui est tu, ce qui est oublié, ce que l’on ne peut ou qu’on refuse de savoir ? Comment décrire positivement tous ces moments où la connaissance achoppe – ces actes de non-savoir ?

Si l’anthropologie s’est beaucoup intéressée aux savoirs et à leur construction, elle s’est finalement relativement peu questionnée sur leur corollaire, l’ignorance, longuement conçue comme un vide ou une absence à combler. Depuis les années 1990, les chercheurs en sciences sociales sont de plus en plus nombreux à s’intéresser aux limites de la connaissance, à l’importance des non-savoirs dans l’action, à la construction de l’ignorance et à ce qu’elle produit comme relations. Il s’agira dans ce séminaire de tracer les contours de ce nouveau champ de recherche et de questionner la possibilité d’une anthropologie de l’ignorance.

À partir de recherches récentes, issues de terrains ethnographiques variés, nous explorerons ainsi quatre thématiques dans lesquelles la question des non-savoirs semble se poser de manière particulièrement cruciale : la transmission, le politique, les sciences du vivant et les interactions sociales. Au fil des séances, nous réfléchirons ainsi à la fois la manière dont les non-savoirs sont mobilisés, construits, valorisés localement et socialement ; et à la façon dont l’ignorance peut être un outil heuristique pour comprendre et qualifier certains phénomènes sociaux, qu’ils soient anciens ou contemporains. Au croisement de questions méthodologiques et épistémologiques, ce séminaire volontairement comparatiste entend ainsi contribuer à une réflexion approfondie et originale sur la constitution des savoirs en anthropologie.

Aires culturelles : Afrique, Amériques, Asie, Europe, Océanie,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

Adresse(s) électronique(s) de contact : aldoublier(at)yahoo.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 26 octobre 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]