Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La guerre transmise… (XIXe-XXIe siècle)

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Vendredi de 9 h à 13 h (salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris), les 10 novembre, 8 décembre 2017, 12 janvier, 9 février, 9 mars, 13 avril et 18 mai 2018. La séance du 13 avril est annulée

Ceux qui ont fait l’expérience de guerre n’ont cessé de l’affirmer : celle-ci ne serait pas communicable. Mais faut-il comprendre qu’une telle expérience ne puisse se transmettre ? Toutes les formes de témoignages, littéraires aussi bien qu’artistiques, ne cessent de le tenter. Les objets, les lieux, les gestes, et même les corps transmettent à leur tour. Quant au silence qui se referme sur tant de confrontations humaines avec le fait guerrier, il ne transmet pas moins. C’est sur cette notion de « guerre transmise » que le séminaire concentre ses travaux. Il prend la suite – mais sous une forme totalement différente – de celui qu’ont animé pendant plusieurs décennies Jean-Max Gaudillère et Françoise Davoine.

Le séminaire de Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, rassemblant des chercheurs, des psychanalystes et des professionnels de l'éducation et du social autour du thème « Folie et lien social », abordait le champ du trauma dans son lien à la guerre et aux catastrophes de l'Histoire et du lien social. Nous questionnons donc les particularités de la mémoire traumatique, « une mémoire qui n'oublie pas », qui procède du « retranchement » d'événements psychiquement non inscrits. Nous nous proposons d'interroger les formes énigmatiques de transmissions de ces événements à travers les générations, en puisant toutes ces réflexions à l'aune de rencontres singulières dans les différents champs de nos pratiques. 

En interlocution avec les sciences de la psyché, le séminaire entend intégrer les sciences sociales à cette problématique de la transmission de la guerre, en l’élargissant à la question des sociétés : le deuil de masse, la « brutalisation » des ensembles sociaux par l’activité guerrière, la porosité entre la guerre et certaines pratiques sociales des sociétés pacifiées constitueront autant de pistes de travail possibles. De même, le rôle des sciences sociales au titre de vecteur de transmission de l’expérience guerrière pourra être analysé au titre d’un salutaire retour réflexif sur l’objet d’étude du séminaire.

Ce séminaire comptabilise 7 séances de 4 heures et est validable au titre du master pour 6 ECTS.

10 novembre : Stéphane Audoin-Rouzeau « Transmissions du génocide des Tutsi rwandais. » (en dialogue avec Régine Waintrater)

8 décembre : Invités : Yaëlle Sibony-Malpertu « Dori Laub ». Père Patrick Desbois « Ouvrir les fosses des crimes de masse » [titre provisoire].

12 janvier : Invités : Zamir Eldar « Le point de vue d’un soldat dans la guerre ». Françoise Ponticelli « La peur du soldat. Comment tromper la peur pour tromper la mort ».

9 février : Caroline Gillier « Wilfred Bion, la guerre et la psychanalyse ».

  • En dialogue avec Emmanuel Saint-Fuscien sur Mémoires de guerre, juin 1917-janvier 1919 et Alain Julienne (traducteur avec Paule Perez de The long Week-End, 1897-1919).

9 mars : Jeanne Bernard « Zalmen Gradowski, Des voix sous la cendre : manuscrits des Sonderkommandos d’Auschwitz-Birkenau », et Karine Rouquet : sur le film de Laszlo Nemes, « Le fils de Saul », 2015.

13 avril : Marie Jauffret « Méduse : une figure mythologique de la violence entre fascination et frayeur ». – Exposés des étudiants

18 mai : Invitée : Marie Derrien « L'impossible démobilisation psychique. Statuts et trajectoires des anciens combattants de la Grande Guerre internés dans les hôpitaux psychiatriques français (1919-1980) ».

Suivi et validation pour le master : Spécial : cf. le descriptif

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Anthropologie historique

Intitulés généraux :

  • Stéphane Audoin-Rouzeau- Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle
  • Emmanuel Saint-Fuscien- Obéissance et autorité au sein des mondes scolaires : 1890-1970
  • Renseignements :

    Stéphane Audoin-Rouzeau par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

    suivi des travaux des étudiants sur rendez-vous uniquement.

    Réception :

    contact par courriel.

    Niveau requis :

    licence ou équivalent.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : sar(at)ehess.fr, emmanuel.saint-fuscien(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 11 avril 2018.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]